Espaces de vie
Espaces de relation


La Véranda est un lieu d’accueil pour les petits de 0 à 3 ans avec leurs parents venus là pour se détendre, ne plus être seuls avec leur enfant, et où les enfants rencontrent d’autres enfants sans se séparer de leur parent.

L’objectif de ce lieu est d’offrir aux parents et personnes s’occupants de jeunes enfants un espace pour enrichir cette relation.

L’élaboration de ce projet a pris naissance en avril 1983 à l’issue d’un congrès qui s’est déroulé à Cannes sur le thème « Le bébé est une personne ». Plusieurs professionnels ont alors décidé de se rassembler dans le cadre d’un collectif « petite enfance » dans le but de favoriser l’épanouissement du tout petit. A l’intérieur de ce collectif, un groupe s’est constitué autour des « lieux de parentalité ». En janvier 1984, ce groupe a entrepris une réflexion sur la question « Qu’est ce qu’un lieu de parentalité » ? Durant 4 années consécutives, des échanges réguliers se sont avérés nécessaires pour recueillir des informations sur les lieux existants (Maison Verte de F. DOLTO), pour définir aussi une ligne générale précisant comment les membres du groupe envisageaient ce lieu (mode de fonctionnement, modalité d’intervention) et enfin pour préparer un montage administratif permettant d’instituer ce lieu et assurant son fonctionnement financier.

C’est grâce à ces efforts conjugués que « La Véranda » s’est ouverte en juin 1988. Il est adressé un remerciement particulier à la mairie d’Echirolles qui en la personne de Pascale MARTIN, directrice du CCAS, a fait preuve d’une grande compréhension à l’égard de nos travaux et continue à nous apporter un réel soutien.

Après ce rapide historique, voici quelles sont les exigences de fond et de fonctionnement que le groupe de travail porteur de ce projet, avait élaborées et que nous nous efforçons de soutenir dans notre pratique.

1 – L’anonymat ou le prénonymat :

Le fait de ne connaitre que le prénom de l’enfant permet ce lieu de rencontre dans le sens d’un lieu de vie, lieu de passage où l’on vient tant que besoin est ressenti, pour être soutenu dans son rôle de parent. On ne s’inscrit pas, on vient quand on le souhaite, pendant le temps nécessaire.

2 – L’importance de la mixité dans chaque équipe de 3 accueillants :

Elle est importante parce que si « La Véranda » est un lieu de vie, il est évident que l’arrivée d’un enfant et son éducation ne sont pas uniquement affaires de femmes, mais affaires de parents et même, de générations familiales.

La mixité parmi les accueillants s’intègre aussi dans le fait que « La Véranda » est un lieu où les parents et l’enfant peuvent faire l’expérience d’une séparation possible, sans danger… Un lieu qui met en place des interdits, la loi, et remplit une fonction de tiers, une fonction paternelle. C’est en ce sens que la présence d’un homme parmi les accueillants semble indispensable, rendant ce lieu d’une médiation sécurisante.

3 – Présence à chaque fois d’un psychanalyste dans l’équipe de 3 accueillants :

La psychanalyse correspond ici à une exigence d’écoute de la parole de l’enfant et de l’adulte qui l’accompagne sans rien savoir d’autre sur la personne que ce qu’elle dit à ce moment-là, c’est-à-dire sans anamnèse, sans connaissance préalable, sans questionnement, afin de permettre aux gens accueillis d’articuler le ressenti avec des paroles. Un autre façon de dire les choses serait que l’analyste, comme les autres professionnels qui sont là ne fait pas sa pratique habituelle : il est le garant de la circulation de la parole et de ses effets, c’est-à-dire que le langage employé n’est ni celui des conseils, ni celui de rationalisation, ni de questions.

4 – Les équipes tournent :

« La Véranda » n’appartient à personne. Les gens sont libres de venir rencontrer qui ils veulent. Les accueillants ne viennent qu’une fois par semaine. C’est un lieu de rencontre, de circulation de la parole de chacun. La réunion mensuelle permet à l’équipe des accueillants et de l’association de parler de leur pratique.

En conclusion, sur le plan du fonctionnement, cela a 2 effets :

La légèreté, dans le sens d’un lieu de détente pour les parents, lieu de jeu pour les enfants, lieu sous le regard des parents avec certaines règles, certaines lois de la vie collective ; plus profondément, ce climat permet à l’enfant même en présence de ses parents d’échapper au rôle qui lui est assigné dans le roman familial.

La responsabilité dans le sens d’une démarche volontaire de la part des familles qui ne viennent pas là, comme à une consultation, parler de leur souffrance, mais de leur rôle de parents avec les joies et les difficultés que cela comporte. Leur demande est spontanée, elle s’adresse à des personnes qui ont choisi d’être là et qui sont porteuses d’un projet.

En résumé, on vient à « La Véranda » quand on se sent parfois seul, parfois débordé par son petit enfant, on y rencontre d’autres enfants, d’autres parents, des professionnels de la petite enfance, non dans leur travail, mais avec un projet. Ces derniers donnent un cadre sécurisant pour les parents qui se sentent écoutés, peuvent s’y détendre, parler de leur rôle de parents et aussi pour l’enfant qui va faire progressivement et avec ses parents, l’apprentissage des limites, des règles de la vie collective et de la séparation possible pour aller après seul à la crèche ou à l’école, pour pouvoir se séparer et grandir.

« La Véranda » a ouvert ses portes en juin 1988, avec l’aide financière :

  • du Conseil Général de l’Isère
  • de la CAF
  • de la Mairie d’Echirolles
  • de la Fondation de France, pour le démarrage
  • de Comités d’entreprise
  • de la Mairie de St Egrève

Le soutien de la ville d’Echirolles est particulièrement précieux grâce à la mise à notre disposition de locaux et d’un cadre bien adaptés. Nous y sommes en cohérence avec la politique de cette commune dans le domaine de la prévention et de l’enfance.